Dreux un Avenir en Commun

Dreux un Avenir en Commun

Une école privée hors contrat à Dreux (épisode 2) Agnès Cueille

Pour ceux qui n'auraient pas encore lu l'épisode 1 en ligne sur ce blog, Gérard Hamel maire de Dreux a organisé une réunion à l'Odyssée à laquelle il a invité des investisseurs mécènes pour son projet de création d'une école privée hors contrat de la fondation "espérance banlieues". 

Nous allons revenir sur la prestation du directeur de la fondation "espérance banlieues" qui en est également le fondateur, Eric Mestrallet. Dans sa biographie officielle en ligne sur le site de la fondation, on apprend que Eric Mestrallet a commencé sa carrière comme attaché parlementaire d'un sénateur dont le nom n'est pudiquement pas mentionné, il s'agit en fait du sénateur Bernard Sellier vice président du MFP (Mouvement pour la France) de Philippe de Villiers, pour lequel il a également participé à la campagne présidentielle en 1995. Sur la formation de Eric Mestrallet, l'essentiel de son engagement résulte d'une rencontre spirituelle avec son mentor Jean Ousset, intellectuel militant de sensibilité maurrassienne catholique français. Pour rappel Charles Maurras était un journaliste théoricien du nationalisme intégral et principal animateur de l'Action Française, journal qui a collaboré avec les occupants nazis durant la seconde guerre mondiale. Eric Mestrallet a donc une filiation résolument ancrée dans les milieux catholiques intégristes pour le moins.

 

La biographie de Eric Mestrallet sur le site "espérance banlieues"

 

Eric Mestrallet est venu à Dreux pour lever des fonds pour sa fondation et ce qu'il a à vendre c'est une école privée hors contrat en direction des familles des quartiers populaires. Ce qui était saisissant dans le discours de ce démarcheur négociant en prestations éducatives c'est que les éléments de langage qu'il véhiculait contredisaient les ambitions éducatives qu'il affichait. 

Ainsi, eu égard à un dispositif qui est sensé apporter une mission éducative auprès des enfants et des familles des quartiers populaires, ceux-ci se voient désigner dans la bouche du directeur de la fondation par ces mots... "ces gens-là" (désignation maintes fois répétée désignant les familles des quartiers populaires), "pour que ces gens-là basculent du côté de la France", "il ne faudrait pas recruter que des Marocains...", "certains Français de souche font également le choix de nos écoles pour leur qualité mais peu...", "ceux qui sont très musulmans imposent aux autres...", "on les sort de leur immeuble", "il y en a (des enfants des quartiers populaires) qui sont malins comme des singes et qui s'en sortent..."

Voici un beau florilège de paroles qui manquent du respect et de la bienveillance qui sied à celui qui a vocation éducative. Personnellement, en tant qu'enseignante spécialisée dans un quartier populaire de Dreux, j'ai dû tout au long de l'exposé de Eric Mestrallet me retenir de ne pas protester bruyamment à juste titre face à tant de condescendance et de mépris teintés de nostalgie colonialiste.

 

Ainsi chaque classe "espérance banlieues" (du CP en élémentaire à la 3ème du collège) comprenant au maximum 15 élèves (taille organique) coûterait 70 000€ par an dont 10% à 15% serait à la charge des familles. 70 000€ / 15 = 4666€ ; ce qui représente environ 70€ / mois / élève de la classe. Ce chiffre ne représente que les frais de scolarisation auxquels s'ajoutent le repas sorti du sac et les fournitures scolaires. Ces coûts semblent très peu élevés au regard des chiffres fournis par le MEN en 2016 sur la scolarisation en élémentaire ou au collège, en revanche 70€par mois, soit 700€ par an est une grosse somme pour une famille de nos jours. Soit la fondation "espérance banlieues" tire les coûts au maximum, soit les coûts sont ici sous-évalués... Selon Eric Mestrallet ce qui n'a pas de prix n'a pas de valeur, mais investir dans une éducation de qualité ne semble pas non plus l'intéresser. Une éducation au rabais c'est ce qu'il souhaite pour les enfants des quartiers populaires. 

 

http://www.inegalites.fr/Ecole-combien-coutent-les-eleves-2492?id_theme=17

 

Revenons quelques instants sur le nombre d'élèves par classe prônée par "espérance banlieues". Durant des années Gérard Hamel maire de Dreux n'a eu de cesse tout au long de ses mandats de fermer des écoles en accord avec l'administration de l'éducation nationale et les pouvoirs publics et ceci pour réaliser des économies en regroupant les classes dans des établissements toujours plus imposants. La liste est longue école Anne Frank, école Clos Maillard, école Célestin Freinet, école de la Croix Tiénac, collège Paul Fort, école Condorcet. Aujourd'hui le dédoublement des classes de CP et CE1 en REP à Dreux oblige les écoles à choisir entre salle informatique et bibliothèque centre documentaire quand le manque de place n'oblige pas les écoles à fermer tous les autres lieux alternatifs des écoles à part les salles de classe... Tout à coup pour créer une école privée hors contrat de cette nature, Gérard Hamel fait fi de vingt cinq ans de politique scolaire à Dreux.

 

Voici une première esquisse de ce que représentent les écoles "espérance banlieues". Des écoles sous-tendues par une idéologie d'un autre siècle. C'est d'ailleurs ce que Eric Mestrallet a appelé de ses voeux "une école de la 3ème république" où il s'agit pour lui de "remettre l'église au milieu du village", entendez par là dans ce contexte "les racines judéochrétienne de la France". Si Eric Mestrallet peut se le permettre, le maire de Dreux ne le peut pas. Il est le maire de tous les Drouais. Si la 3ème république a permis les principes de l'école laïque, gratuite et obligatoire, et c'est le Conseil National de la Résistance qui a voulu une école de la réussite pour tous. Notre bien commun le plus précieux est l'école républicaine pour tous.

 

Nous aurons l'occasion de compléter ce tableau dans l'épisode 3 de ce texte qui est en préparation et sortira bientôt sur ce blog.

  

 

 

 

 



30/06/2019
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres