Dreux un Avenir en Commun

Dreux un Avenir en Commun

Commerce de proximité ou grandes surfaces à Dreux ?

Il y a quelques jours, nous avons appris que le magasin "Monoprix" du centre ville à Dreux allait fermer ses portes en février.

Cette photo en guise de clin d'oeil pour les Drouais qui ont connu l'ancien magasin "Monoprix" de Dreux...

Ce plus récent magasin "Monoprix" installé depuis trois ans dans les locaux sous la nouvelle résidence construite après l'incendie et la fermeture du magasin précédent "Eurodif" propose à ses douze employés non pas un PSE mais un "repositionnement"... Cela signifie qu'il pourra leur être proposé un poste très loin de leur domicile, soit ils acceptent, soit "rien". 

Voici la deuxième société à Dreux qui après avoir bénéficié d'un accueil dans un lieu stratégique et neuf comme le fut l'entreprise SODEXO décide de partir sans solution avantageuse pour ses employés qui étaient payés au salaire minimum dans les deux cas.

Savons-nous s'il s'agit d'un problème de rentabilité ou seulement une course aux profits qui les poussent à partir ? Non et nous n'en saurons rien. 

Ceux qui ont suivi les articles de ce bog savent que nous nous sommes mobilisés pour défendre des petits commerçants dans le quartier drouais des Bâtes qui vont être expulsés dans le cadre du projet ANRU de rénovation du quartier. Nous avons appris récemment que cela se ferait contre compensation financière, après des années de lutte, après des promesses vaines de la mairie suivies d'une incertitude délétère. Ces commerçants vont devoir refaire leur vie. Et le quartier va perdre un café, un salon de coiffure, un magasin d'électroménager, une épicerie, une boucherie... Nous savons que la grande surface en face des petits commerçants réclame davantage de visibilité au détriment des expulsés.

Devons-nous nous dire que tout cela est inévitable ou bien est-ce le résultat d'une politique menée dans cette ville depuis des années ?

Ainsi nous apprenons dans un rapport du Conseil régional de la région Centre sorti en 2014, "Regard sur le bassin de vie de Dreux, ambition 2020" (1) que la ville de Dreux est pourvue du double d'offre commerciale en hypermarchés par rapport à la région ou au département. Comment imaginer pouvoir sauvegarder les commerces de proximité avec une telle disproportion au niveau de l'implantation d'enseignes de grandes distribution ?

Le maire de Dreux, Gérard Hamel, s'est exprimé dans le journal local suite à l'annonce de l'enseigne "Monoprix" de quitter Dreux. Il affirme qu'il "va se battre pour défendre le centre ville". Quelle bataille va-t-il mener ? Nous sommes en droit de nous interroger... Dans le quartier des Bâtes, les petits commerçants devront fermer leurs portes. Le projet ANRU sensé revitaliser les quartiers du point de vue économique et social ne laisse aucune chance à des hommes et des femmes qui ont consacré toute leur énergie à créer et faire vivre leur commerce au sein d'un quartier, lieux de rencontres et de convivialité qui vont disparaître, ne laissant que la grande surface voisine comme prestataire...

Dans la revue de l'agglomération drouaise de novembre 2016 (2), le maire se félicitait de la réussite des précédents projets ANRU et promettait que le suivant allait apporter des solutions du point de vue économique et social pour le quartier. Mais ces paroles ne reflètent pas ce qui est en train de se produire.

Pourtant, le projet ANRU a déjà coûté environ un million d'euros en études et expertises avant sa réalisation effective. Ces rapports très onéreux ont-ils eu égard à la vie du quartier ? Ont-ils mesuré l'impact de la disparition des petits commerces de proximité sur la vie du quartier ? 

A nouveau le maire de Dreux va diligenter des études et des expertises (sans doute également onéreuses) pour trouver des solutions à la fermeture des commerces de centre ville. Il parle de remplacer le magasin "Monoprix" par une autre enseigne et cite "H et M" comme un éventuel repreneur des lieux... Des enseignes qui, si elles n'arrivent pas à satisfaire leurs actionnaires, mettront la clé sous la porte sans aucune considération pour la ville et ses habitants. 

La politique menée à Dreux semble de pas pouvoir sortir de cette logique financière qui favorise les enseignes et les grandes surfaces qui n'ont de compte à rendre qu'à leurs actionnaires. Les petits commerces peuvent-ils lutter ? Les consommateurs peuvent-ils choisir ? Les grandes surfaces sont de plus en plus en situation de monopole sur la ville et lorsque le projet ANRU aurait pu permettre de sauvegarder une place de quartier avec des commerces de proximité, l'occasion n'est pas saisie et la grande surface remporte la faveur du projet pour augmenter sa visibilité...

 

 

 

(1) Extrait du rapport "Regard sur la bassin de vie de Dreux, ambition 2020" paru en 2014

Les petits commerces du quartier des Bâtes vont disparaître.



08/01/2018
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres